jeudi, 03 mai 2018 00:08

Notre-Dame-de-la Défense

Written by
Rate this item
(0 votes)
Notre-Dame-de-la-Défense, © Paroisse Notre-Dame-de-la-Défense Notre-Dame-de-la-Défense, © Paroisse Notre-Dame-de-la-Défense

Construite de 1918 à 1919, l'église italienne de Montréal, Notre-Dame-de-la-Défense, était le projet de Guido Nincheri du début à la fin : il en a dessiné l'architecture, a peint les fresques et autres murales, a fabriqué les vitraux, a peint quelques-uns des tableaux et a dessiné la plupart des sculptures.

 

Notre-Dame-de-la-Défense

6800, avenue Henri-Julien 

Désigné Site historique national en 2002

Dates de construction : 1918-1919

Architectes : Guido Nincheri et Roch Montbriant

Décoration : 1928-1959

 

Nincheri avait étudié l'architecture à l'Académie des Beaux-Arts de Florence, mais il ne devint jamais membre de l'Association des Architectes de la Province de Québec, ce qui signifie qu'il ne pouvait pas signer seul des plans architecturaux. Par conséquent, lorsqu'il dessina les plans pour Notre-Dame-de-la-Défense, il s'associa avec Roch Montbriant.

Sans raconter l'histoire complète des Italiens de Montréal et la fondation de leur paroisse[1], notons que la plupart des familles résidant dans le quartier qui est devenu la Petite-Italie venaient du sud de l'Italie, notamment des provinces de Caserte et de Campobasso. À la fin du XIXe siècle, la Vierge Marie apparut à Casacalenda, un petit village près de Campobasso, plus spécifiquement, dans une région nommée « La Difesa ». Plus tard, une petite église, nommée « Madonna della Difesa », fut construite en l'honneur de la Vierge et la sculpteure Amalia Duprè donna une statue de la Vierge à l'église.

Les Italiens de Montréal, inspirés par ces événements, commandèrent une copie de la statue de Duprè et obtinrent la permission de la mettre à l'église Saint-Jean-de-la-Croix, où ils célébraient la messe avant la construction de leur propre église. Lorsque les Italiens se querellèrent, ils furent expulsés de Saint-Jean-de-la-Croix par le prêtre et ordonnés d'emporter leur statue avec eux. Peu de temps après, ils fondèrent leur propre paroisse qu'ils nommèrent aussi « Madonna Santissima della Difesa ».

Santa Maria delle Carceri, Prato, par Sailko

Lorsque Nincheri dessina les plans de l'église, il tint compte de cette histoire et fut inspiré par une autre église construite après une apparition de la Vierge – Santa Maria delle Carceri, une église se trouvant à Prato, sa ville natale. Dessinée par Giuliano da Sangallo, la basilique Santa Maria delle Carceri est construite en forme de croix grecque (c.-à-d. une croix dont les bras ont tous la même longueur). Pour l'église Notre-Dame-de-la-Défense, Nincheri conserva la croix grecque, mais il agrandit l'abside en y ajoutant un sanctuaire semi-circulaire pour accommoder des processions et il allongea les trois autres bras pour qu'une galerie de fenêtres et un vestibule puissent y être ajoutés afin d'illuminer l'intérieur de la nouvelle église et ses décorations. (Si l'on compare avec Santa Maria delle Carceri, l'église de Prato a de très petites fenêtres et est plutôt sombre.) L'extérieur fut redessiné dans le style roman lombard avec des lésènes  – ou des bandes verticales – et des arcatures. Il ajouta aussi trois grandes rosaces et tympans au-dessus des portes, dont une qui arbore une statue de bronze de Notre-Dame des Douleurs. Un clocher avait été dessiné, mais ne fut jamais construit

L'intérieur de l'église fut presque exclusivement décoré par Nincheri, ce qui fait de Notre-Dame-de-la-Défense l'un de ses projets les plus complets. Vous pouvez voir un magnifique panorama de l'église ici.

Vous trouverez ci-dessous une liste des éléments décoratifs créés ou dessinés par Nincheri. Ceux-ci seront analysés plus en détail dans des articles individuels.

 

Les murales

Fresques

Autre technique

1. L'apside

1. Le dôme

2. Les voûtes du transept 

 

Les tableaux

1. Sainte Giuliana Falconieri (1924)

3. Sainte Mary Goretti (1964)

2. La vision de Marie par les Sept Fondateurs (1964)

 

Les vitraux

1. Matthieu

7. Thaddée

2. Simon

8. Pierre

3. Thomas

9. Jacques le Mineur

4. Philippe

10. Barthélémy

5. Jacques le Majeur

11. Jean

6. Paul

12. André

Les sculptures

Marbre

1. Le maître-autel

6. Le Sacré-Cœur de Jésus

2. La clôture d'autel

7. Saint Joseph

3. La chaire

8. Notre-Dame des Douleurs

4. Marie Reine des Cieux

9. Sainte Lucy

5. Saint Antoine de Padou

10. Tympans

   

Bronze

Wood

1. Notre-Dame des Douleurs

1. Le chemin de croix

2. Le crucifix

 
Notre-Dame-de-la-Défense, par Tango7174

 

[1] L'histoire de l'église et de la paroisse est racontée en détail dans Guglielmo Vangelisti. Gli Italiani in Canada. Montréal: Chiesa italiana di N.S. della Difesa, 1956.

____________________

Suggestions de lecture

Claudio Cerretelli. La basilica di Santa Maria delle Carceri a Prato. Firenze: Mandragora, 2009.

Mélanie Grondin et Roger Boccini Nincheri, Notre-Dame-de-la-Défense : guide historique. Montréal: Paroisse Notre-Dame-de-la-Défense, 2017.

Camillo M. Menchini, OSM. Notre-Dame-de-la-Défense : guide historique. Montréal: Paroisse Notre-Dame-de-la-Défense, 1965.

Guglielmo Vangelisti. Gli Italiani in Canada. Montréal: Chiesa italiana di N.S. della Difesa, 1956.

Read 862 times Last modified on mardi, 17 juillet 2018 11:22
More in this category: « Saint-Léon-de Westmount

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.